fbpx
Stop ,Frustration, Non

 La négation qui nous berce

L‘Homme avec un grand H a tendance à reproduire ce qu’il connait et ce qui le rassure. Quand on naît, on arrive avec des mémoires internes, une histoire, des émotions, on ne part pas de zéro. C’est cette transmission intergénérationnelle qui fait que nous avons certains comportements que nous ne comprenons pas toujours. La seule chose que je sais, c’est que le modèle éducatif qui est le plus ancré, c’est la frustration, la négation et le manque de hauteur.

Comme parent, surtout avec mon ainé, j’étais une vraie louve. Il était inconcevable pour moi que mon fils ait la moindre frustration. Il était libre d’expérimenter, d’explorer le monde comme bon lui semblait. Mon fils grimpait partout et main dans la main, je l’accompagnais dans sa découverte du monde. Je lui tenais la main pour grimper sur l’araignée du parc alors qu’il était haut comme trois pommes. Par ailleurs, il était libre d’explorer le monde, de tomber, de se relever, jugeant de ce qu’il était capable de faire. Pourtant, avant de lui laisser cette liberté, les premiers mots qu’il a entendus, c’est le NON

Ne jette pas cela, non, tu ne mords pas, non, tu ne fais pas ça, non, tu ne touches pas…

Effectivement, si vous sortez de votre corps pour analyser la situation et l’éducation que vous avez donné à vos enfants, les premiers mots que les enfants disent, c’est quand même NON. Cependant, les enfants du 21 Em siècle sont un peu plus chanceux, car les croyances changent et l’on favorise davantage l’écoute de l’enfant et l’éducation positive.

 

L’étiquette comme identité

Dieu merci, tous les Hommes ne se ressemblent pas et ne sont pas tous égaux. Néanmoins, nous avons bien conscience que la différence n’est pas toujours acceptée. L’« hors norme » ne rentre pas notre éducation française. Si la différence est une richesse et une force dans certains (pays). Elle peut aussi être une source de frustration, d’incompréhension et de mal-être en France. En France, on a tendance à mettre des étiquettes partout. Comme les produits du supermarché. « Il est trop timide, il est indiscipline, il est irrespectueux, il est ceci, il est cela, il ne fera rien de sa vie blablas. » Notre système éducatif nous apprend que mettre une étiquette sur un comportement, faire rentrer un individu dans une case est la normalité. Sommes-nous des animaux auxquelles nous mettons un pedigree ou une race ?

Notre éducation nous cloitre dans des étiquettes qui nous suivent, voire nous poursuivent toute notre vie. Si l’on est chanceux et docile, on sera dans la bonne case, mais dans le cas contraire que se passe-t-il ?

 

Le poids de la différence

Je n’ai pas souvenir que mes parents se préoccupaient de mon bien-être ! Factuellement, j’étais une enfant « dite provocatrice »j’ai grandi ainsi avec un certain mal-être, quelques complexes par-ci par-là. Mes parents ne se sont jamais posé la question « du comment ». Comment faisons-nous pour que notre fille travaille à l’école et cesse ces provocations et son insolence !

Mon questionnement en tant que parent !

En tant que maman et ayant un enfant « provocateur »je peux uniquement m’interroger au vu du nombre de fois où je suis convoquée par le collège. Et oui, encore et encore, je suis confrontée à des discours dénués de sens, dans ma carte du monde. Le proviseur me dit ; “c’est à l’enfant de s’adapter au collège et non le contraire“. Fondamentalement, c’est vrai, les règles sont les mêmes pour tous. Mais, quand il n’y a aucune résonance ni compréhension de ses règles. Que fait-on ?

Faire comprendre une règle dénuée de sens!

Comment fait-on pour les faire respecter ? À quel moment l’établissement se pose la question du comment puis-je l’aider ? Quand punition, sanction, menace n’ont plus du sens, qu’il est à la limite de l’exclusion. À quel moment notre système dit STOP à tous ces protocoles. Quand prendront ils en comptent la « différence » comme une richesse d’apprentissage dans l’école de la vie. À quel moment prend-on conscience que cette rigidité castratrice ne fait qu’accentuer le mal-être des adultes de demain. Nous sommes ce que nous voulons être au plus profond de soi. Cependant, lorsque toute notre enfance, nous avons été catalogués comme un enfant : provocateur, obèse, intello, timide, pitre., d’avoir le melon… Ce n’est pas évident à l’âge adulte d’avoir une autre image.

L’histoire se répète

Quand ce même enfant au fil des mois entend que le comportement n’est pas des mieux !, mais qu’il peut encore se transformer, se grandir et prendre de la hauteur.  En résumer, l’enfant va faire des efforts, mais qu’ils ne seront pas verbalisés par l’adulte, que va-t-il se raconter à l’âge adulte. Que quoi qu’il fasse, il aura toujours cette étiquette et inconsciemment, il l’entretiendra.

À quel moment prenons-nous vraiment conscience que le NON qui raisonne constamment en nous devient une réelle barrière émotionnelle ?

Nous commençons à nous interroger en tant qu’adulte quand nous apprenons à prendre du recul face une difficulté qui nous empêche d’avancer. Cependant, la première cause qui peut nous inciter à nous questionner, je « pense » que ce sont nos enfants. Effectivement quand un enfant n’obéit pas, qu’il refuse l’autorité et qu’il n’accepte pas la frustration. C’est le bon moment pour aller surfer sur la toile en quête de réponse.

Effectivement, s’il n’y avait pas une mais des façons d’éduquer, ce qui fonctionne pour l’un ne fonctionne pas forcément pour l’autre. Comprendre la psychologie émotionnelle de nos enfants peut nous aider à trouver le juste milieu en explorant des pistes qui ne sont pas en lien direct avec l’éducation que nous avions reçue ou que nous souhaiterions donner.

L’éducation par la frustration peut engendrer de véritables blocages chez l’adulte comme des croyances limitantes ou des pensées négatives sans que nous en ayons réellement conscience.

 

Attention, je ne dis pas que chaque enfant qui ne rentre pas dans les « cases » est un enfant « précoce ». Je dis simplement qu’un comportement dit« anormal » ne doit pas être occulté. Quand un enfant parait « différent » qu’il ne rentre pas dans les cases de « la normalité » ce n’est pas anodin.

Voir les articles

Laisser un commentaire

Deborah

Quadra survoltée, jonglant avec brio entre la gestion de deux mini-humains turbulents et ma mission secrète d'aidante familiale. Le tout dans un paquet-cadeau emballé ! La vie ne m'a pas toujours fait de beaux cadeaux. Maman dynamique, j'ai développé le superpouvoir de débusquer la lueur "positif" dans chaque situation, comme une véritable magicienne des opportunités déguisées !

Coach certifié, par coach académie depuis 2022.

J'accompagne les super-héroïnes du quotidien à devenir leur priorité numéro un, avec un coaching qui décoiffe, du fun et des paillettes.

Vous pourriez aussi aimer...

[instagram-feed]